Sur ce blog, j'ai déjà consacré des billets aux liens entre sport et culture. J'en avais notamment écrit plusieurs sur ce sujet à propos de Marseille, capitale européenne de la culture en 2013 (lire ici et par exemple). Depuis quelques années, des initiatives visant à faire dialoguer ces deux univers souvent schématiquement opposés (à tort) fleurissent (j'en oublie très certainement).

Il faut d'abord saluer la dynamique impulsée en France par le magazine So Foot, dont le positionnement a consisté dès ses origines à traiter l'univers du football sous l'angle culturel. So Foot a sans aucun doute contribué à insuffler un nouveau ton dans la manière de rendre compte non seulement du football mais du sport plus largement. Depuis quelques temps maintenant, le collectif Tatane oeuvre aussi à organiser ou soutenir des événements qui éclairent le football sous l'angle de la culture. Tatane est notamment associé aux travaux d'une compagnie de théâtre située à Montreuil, nommée GONGLE, qui s'est engagée dans une entreprise de réflexion et d'expérimentation sur le football. Cela a donné lieu en 2011-2012 à un premier projet visant à rapprocher des footballeurs et des artistes de théâtre, en France et en Turquie (voir ici). Depuis l'année dernière, Gongle s'est en outre lancée dans un travail sur les groupes de supporters de football à l'aune de leur dimension politique : les tribunes appréhendées comme espaces de débats et de prises de parole, à l'image des assemblées politiques telles que le Parlement européen. Ce travail doit aboutir prochainement à un spectacle musical et chorégraphique avec des artistes, des sportifs, des responsables politiques français et allemands (voir ici). Je les remercie d'ailleurs au passage de m'avoir associé modestement à leurs travaux. Autre initiative notable, l'an passé (du 4 au 7 avril), la première édition du festival La Lucarne s'est déroulée à Paris, avec pour ambition de relier football et cinéma. L'événement a investi de beaux lieux : le cinéma Max Linder, le Point Éphémère, avec une programmation fort intéressante, des expositions, des débats. La prochaine édition de ce festival aura lieu cette année du 3 au 8 juin. La création récente de la revue Desports participe du même mouvement de progressive légitimation culturelle du sport : ce dernier se prête aussi à la réflexion intellectuelle. Relier sport et littérature est l'objet de la revue, « le premier magazine de sport qui se lit avec un marque-page » pour reprendre la formule qui fait désormais son identité. En mars 2013, la Grande Table sur France Culture avait d'ailleurs consacré une émission intitulée « Le sport, c’est de la culture ! », conviant notamment les historiens Pascal Ory et Pascal Blanchard, mais aussi Pierre-Louis Basse à s'exprimer sur les enjeux culturels autour du sport. Très récemment, du 13 au 16 mars 2014, se sont tenues à l'Institut Lumière de Lyon les rencontres Sport, Littérature et Cinéma avec, là encore, un alléchant programme. 

Cet événement à peine achevé, j'ai le plaisir d'annoncer que l'Université de Caen Basse-Normandie prend le relais dès aujourd'hui.

Affiche ecrire1En effet, la BU Sciences-STAPS, via Julien Legalle et Guillaume Condette, organise en partenariat avec l'UFR STAPS, via Boris Helleu et moi-même, et Frédéric Gai, docteur en littérature, un événement que nous avons intitulé : "écrire le sport". Le sport est, en effet, un objet de récits multiples : journalistiques, historiques, mémoriels, mais aussi littéraires, cinématographiques, etc. L’idée de cet événement est alors de réunir autour d'une table des acteurs différents de l’écriture sportive, afin de faire ressortir des thématiques et techniques communes, des divergences de fond, de forme et de temporalité. Dans cette perspective, chaque intervenant sera amené à présenter les spécificités de sa discipline, de son genre et de son objet d’écriture, tout en interrogeant les nouvelles formes scripturales et éditoriales offertes (ex : le mook porté par Desports), mais aussi les nouvelles pratiques de l’écriture sur le sport (développement des blogs, création d’une activité alternative sur les forums ou les réseaux sociaux, transmission de l’information sportive – notamment les images – via les plateformes de partage). Nous espérons qu'il s'agit de la première édition d'un événement qui pourrait donc devenir récurrent et prendre de l'ampleur progressivement.

À 18h, dans la salle dédiée aux conférences, située au 2e étage de la BU (sur le campus 2), nous accueillerons donc quatre invités renommés qui inaugurent ce nouveau rendez-vous et que je remercie sincèrement de se prêter au jeu : 

- Alban Lefranc, écrivain, lauréat du Prix des écrivains sportifs pour son roman Le Ring invisiblehttp://www.editions-verticales.com/auteurs_fiche.php?id=150
- Bertrand Pirel, directeur du développement de la maison d'édition Hugo Sport : http://www.hugoetcie.fr/Hugo-Sport 
- Frédéric Gai, docteur en littérature, coordinateur éditorial du projet Malherbe 1913, le livre du centenaire du SM Caen : http://www.smcaen.fr/liste-saisons/saison-2013-2014/actualites/club/yannick-mignot
- Nicolas Ksiss-Martov, journaliste pour So Foot, Regards et Sport & Plein Airhttp://www.sofoot.com/blogs/marxist/
 
N'hésitez pas à faire circuler l'information autour de vous : l'entrée est totalement libre. Sachez, enfin, que vous pouvez suivre le compte Twitter dédié à cet événement : @Ecrirelesport. Nos invités sont également pour certains présents sur ce media social : @Martov ; @BertrandPirel ; @Malherbe1913