Nous sommes le 16 décembre, il reste un seul week-end avant Noël et vous n'avez pas encore fini vos achats. L'équation se complique lorsqu'on y ajoute le fait que vous disposez dans votre famille d'un ou une sociologue. Arghhhhh comment diantre faire plaisir à ce fichu cet amour de sociologue ? Comme chaque année, c'est la galère. Comme chaque année (voir ici et ), le blog Invitation à la sociologie (du sport) vous livre quelques idées de cadeaux à prix doux. Voici la sélection très subjective de Noël 2014 en cinq étapes et demi. 

Supporters du PSG

1. Première possibilité, offrir le livre de l'anthropologue Éric Wittersheim, Supporters du PSG. Une enquête dans les tribunes populaires du Parc des Princes. Paru aux éditions Le Bord de l'eau dans la collection "Perspectives anthropologiques", il vous en coûtera la modique somme de 12 euros. Voici ce qu'en dit la quatrième de couverture :

Ce livre est le premier livre sur les supporters du PSG fondé sur une véritable enquête de terrain, menée parmi les plus connus d'entre eux : les "ultras" du "kop de Boulogne". Il revient sur une époque récente mais révolue, où les supporters de football représentaient une forme d'expression populaire qui a été peu à peu étouffée par les intérêts économiques et la "disneylandisation" des stades.

Pour vous faire, une idée plus précise, vous pouvez lire le compte-rendu mis en ligne hier sur le site Lectureshttp://lectures.revues.org/16422

Pour le commander, il y a Decitre

Bonus. Un petit mot taquin glissé dans le livre du style : "de quoi patienter avant la raclée contre Chelsea en mars prochain ?". 

Sociologie des classes populaires contemporaines

2. Pourquoi ne pas prolonger ce premier ouvrage, qui entend inscrire l'étude des supporters de football dans une sociologie des classes populaires, par un autre livre ? Justement, celui de Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy s'intitule : Sociologie des classes populaires contemporaines. Il est édité aux éditions Armand Colin dans la collection "U". Certes, il ne sortira en librairie qu'en janvier 2015. Mais vous pouvez d'ores et déjà le pré-commander au prix de 34 euros sur le site de la Fnac. Présentation par l'éditeur : 

Classes populaires, milieux populaires, quartiers populaires, électorat populaire... Autant d'expressions récurrentes dans les discours médiatiques et les débats politiques. Pourtant, la notion demeure floue, le "populaire" étant perçu tantôt comme une figure sociale inquiétante, tantôt comme une figure à revaloriser. Revenant sur plusieurs décennies de recherches et s'appuyant sur des travaux récents, cet ouvrage propose une analyse sociologique inédite. Après un retour sur la constitution d'une sociologie des classes populaires en France et ses enjeux, chaque chapitre comporte un cadrage empirique et une mise en perspective théorique : qui sont les ouvriers et les employés aujourd'hui ? Quels conditions et modes de vie caractérisent ces hommes et ces femmes ? Quelles sont les dynamiques qui animent ces groupes et en modifient sans cesse les contours ? Fondé sur des données historiques, statistiques et des enquêtes de terrain, enrichi de nombreux encadrés, ce manuel propose une lecture d'ensemble de la société française contemporaine, vue à partir des groupes populaires, qui en composent la majeure partie.

L'empreinte du poing

3. La boxe, voilà aussi un sport particulièrement prisé par les classes populaires. Impossible de ne pas faire référence au classique de Loïc Wacquant, Corps et âme. Carnets d'un apprenti boxeur, lorsque l'on entend s'intéresser à cette discpline sportive du point de vue des sciences sociales. Désormais, on pensera aussi au livre de Jérôme Beauchez, L'empreinte du poing. La boxe, le gymnase et leurs hommes, paru en novembre aux éditions de l'EHESS dans la collection "Cas de figure" (prix : 16 euros). Présentation par l'éditeur :

Comment comprendre l’acharnement des boxeurs à cogner ? En nous faisant entrer dans les coulisses d’un gymnase, Jérôme Beauchez montre toutes les facettes de l’expérience de ces hommes. La boxe est un affrontement à l’Autre dont l’enjeu dépasse les seules limites du gymnase. Jérôme Beauchez l’a compris en transpirant avec les boxeurs, dont il a partagé les entraînements et recueilli les récits de vie. Décrivant l’expérience du face-à-face dans toutes ses dimensions, l’auteur montre les visages de l’adversité tels qu’ils apparaissent aux combattants. Les existences de ces hommes issus des quartiers populaires et de l’immigration sont vécues à l’intersection des dominations. Boxer équivaut dès lors à résister ; un geste dont la capacité des corps à « encaisser » les coups et en donner ne constitue qu’un aspect. Car il y a un au-delà du corps à corps, dans la quotidienneté des luttes contre le racisme ordinaire et la disqualification sociale. Au plus près de la rudesse charnelle des combats se révèlent ainsi toutes ces épreuves qui légitiment celle du ring et creusent l’empreinte du poing.
Vous pouvez par ailleurs écouter l'auteur lors de son passage dans l'émission "La tête au carré" sur France Inter le 2 décembre dernier : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-ethnographie-de-la-boxe-quand-un-sociologue-enfile-les-gants

sommaire tome 3

Tu mourras moins bête

4. Votre sociologue familial a malgré tout parfaitement le droit de se détendre et vous n'êtes pas obligé de lui offrir un livre de sociologie. Pourquoi pas une BD et en particulier le dernier tome de la série Tu mourras moins bête dont le personnage vedette est l'irrésistible Prof Moustache ? Paru aux éditions Delcourt, Science un jour, science toujours !, par Marion Montaigne, vous en coûtera 19,99 euros. C'est donné. Alors certes les sciences sociales ne sont pas parmi les plus représentées (le sommaire figure dans l'une des illustrations ci-contre). N'empêche, lisez la présentation de l'éditeur pour avoir une idée de l'importance, la profondeur et la diversité des sujets abordés : 

Enfin ! Le Prof Moustache revient pour nous expliquer les affres de la science que nous subissons au quotidien. Comment comprendre le Big Bang quand on ignore que mettre du papier toilette sur la lunette des toilettes est inutile ?! De l'hygiène aux araignées en passant par les régimes, les poneys ou les testicules, Marion Montaigne donne les réponses essentielles à toutes nos questions existentielles !

Plus d'informations et possibilités de commande sur le site des éditions Delcourt : http://www.editions-delcourt.fr/catalogue/bd/tu_mourras_moins_bete_03_science_un_jour_science_toujours

French Deconnection

5. Le PSG, les classes populaires, la boxe, la science en BD... Impossible de conclure cette sélection sans évoquer Marseille, ville beaucoup citée sur ce blog depuis ses débuts. Parce qu'un film sur le sujet est récemment sorti en salles, on parle beaucoup ces derniers temps d'une période de l'histoire de cette ville, celle de la French Connection. Plutôt qu'un ticket de cinéma, le blog Invitation à la sociologie (du sport) vous conseille d'acheter pour seulement 15 euros le livre du journaliste marseillais Philippe Pujol, lauréat du prestigieux prix Albert Londres en 2014 : French Deconnection. Au coeur des trafics, aux éditions Robert Laffont. Cette excellente enquête journalistique, une sociologie du coin de rue, fait l'objet d'une postface de Claire Duport, citant Becker et Goffman. Et ce travail n'est pas sans rappeler celui de David Simon sur Baltimore dans les années 1990. D'ailleurs, s'il y a bien une ville française où pourrait être adapté The Wire (rediffusé dans son intégralité en version remasterisée durant les fêtes aux USA, au passage), c'est bien Marseille non ? Présentation par l'éditeur :

La French Connection, dans les années 1970, c'était la drogue fabriquée à Marseille et revendue aux États-Unis. La French Deconnection, aujourd'hui, c'est la drogue fabriquée au Maroc et revendue à Marseille. Avec les mêmes symptômes ici qu'à l'époque aux États-Unis : misère et ghettos. Enquête dans les cités, au coeur des trafics, dans les caves, auprès des choufs et des nourrices, des politiques et des braqueurs, des habitants et des caïds. « On dit qu'on ne peut pas entrer dans nos quartiers, moi je dis qu'on ne peut pas en sortir. » Mourad, 25 ans. 

Pour plus de détails et commander : http://www.laffont.fr/site/french_deconnection_&100&9782221146699.html

Voilà une bonne transition pour évoquer une dernière idée de cadeau portant sur Marseille et un peu au-délà, en forme de boutade (toujours la même chaque année, désolé). Il reste mon livre, L'autre public des matchs de football. Sociologie des supporters à distance de l'Olympique de Marseille, au modeste prix de 26 euros, aux éditions de l'EHESS : http://www.editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/lautre-public-des-matchs-de-football/

Il s'agit d'un conseil totalement désintéressé en réalité car cette précision est surtout faite en pensant à vous être utile et à vous éviter tout impair au moment du déballage des cadeaux. Ne vaut-il pas mieux coupler, en effet, cet ouvrage sur les supporters de l'OM à celui du livre d'Eric Wittersheim sur les supporters du PSG si vous n'êtes plus très sûr des goûts footballistiques de votre sociologue familial ? Voilà qui serait plus prudent. Et quand bien même vous les connaîtriez, ces goûts, Noël n'est-elle pas une fête de la réconciliation ? Allez, je n'insiste pas.

Bien entendu, tous ces cadeaux peuvent aussi plaire à des non sociologues... 

Joyeux Noël à toutes et tous, et bonnes lectures !