Logo_vignette_couleur

"Comparer le sport : usages et controverses", tel est le thème général du 7e congrès de la Société de sociologie du sport de langue française (SSSLF ou 3SLF) qui s'ouvre mercredi 29 mai à Strasbourg, principalement dans les locaux de la Maison interuniversitaire des sciences de l'Homme Alsace (MISHA). Tous les deux ans depuis 2002, date du premier congrès à Toulouse, cette manifestation rassemble les chercheurs francophones travaillant sur le sport, le corps et l'éducation physique. Après Toulouse donc, puis Paris Sud XI, Nantes, Valence, Lyon, Paris X, c'est donc au tour des collègues strasbourgeois d'accueillir les sociologues du sport (mais aussi ethnologues, économistes, géographes, historiens, politologues, etc.). Le congrès est organisé par l'équipe de recherche "Sport et sciences sociales" (EA 1342), dirigée par William Gasparini

Mercredi donc s'ouvrira un programme dense et intéressant : des conférences plénières de chercheurs renommés d'abord. Loïc Wacquant, Professeur de sociologie à Berkeley propose une intervention intitulé : "Les métamorphoses du corps pugilistique". Didier Demazière, directeur de recherches au Centre de sociologie des organisations (laboratoire CNRS fondé par Michel Crozier, qui vient de nous quitter à l'âge de 90 ans) pose la question suivante : "Le travail sportif est-il incomparable ?". De nombreuses communications de chercheurs (dont de nombreux doctorants), ensuite. Environ 140 communications assurées par des participants venant de 15 pays sont au programme. Les communications sont réparties dans divers ateliers thématiques : enjeux scientifiques de l'approche comparative ; sociologie des pratiquants sportifs ; les consommations sportives ; éducation et intégration par le sport ; sport, genre et rapports sociaux de sexe ; les organisations sportives ; sport et travail/profession ; la construction des dispositions sportives ; territoires et politiques sportives ; sports et médias ; sport, identité, communauté ; européanisation et enjeux internationaux du sport ; représentations et usages sociaux du corps ; sport et santé ; sports, violences, conflits. Le tout est entrecoupé de plusieurs moments importants : cocktail, assemblée générale élective (jeudi soir), soirée de gala (jeudi soir aussi)... Autant de moments de convivialité, de partage et d'échanges qui rythmeront ces trois journées et qui doivent nous rappeler une règle essentielle de la vie académique : aucune avancée scientifique n'est possible sans coopération et sans travail collectif. Profitons donc pleinement de ces moments privilégiés.

Tout le programme est consultable ici : Programme SSSLF 2013

Bon congrès et bons travaux à tous. 

PS : pour ma part, je communiquerai jeudi matin à 10h30 dans l'atelier "sport, identité, communauté" autour d'un papier intitulé "De l'avantage de comparer les carrières supportéristes à des carrières militantes".