Cies NeuchâtelLorsque l'on évoque le sujet des supporters de football, deux images largement diffusées, qui ont aussi leurs prolongements savants, se téléscopent : celle, d'abord, de la futilité d'une pratique - le supportérisme - envisagée comme un loisir voire un simple défoulement auquel cèderaient bien volontiers des individus quelque peu abrutis et dépolitisés ; celle, ensuite, de la violence, brutale et gratuite de hooligans haineux soupçonnés d'accointance avec les thèses de groupuscules politiques d'extrême droite. Entre ces deux "traditions interprétatives", peut-on tracer une troisième voie qui permettrait de renouveler le regard porté sur le public organisé des tribunes des enceintes de football ? Une troisième voie qui explorerait la dimension proprement politique du supportérisme, en sollicitant tout un ensemble de travaux réunis sous la bannière de la sociologie de la mobilisation et des mouvements sociaux, un courant de recherche très dynamique en France et aux Etats-Unis (mais aussi en d'autres endroits). Une troisième voie, donc, qui verrait le stade comme un lieu du politique, au sein duquel les supporters peuvent être perçus comme des acteurs capables de s'organiser selon des principes politiques, d'exprimer des revendications, de produire du discours, de débattre et d'agir en politique. Plusieurs billets sur ce sujet ont déjà été postés sur ce blog. Voir ici, , et encore .

C'est aussi à partir de ce questionnement qu'est construit le workshop "L'autre visage du supportérisme. Autorégulations, mobilisations collectives et mouvements sociaux", qui se déroulera le vendredi 14 septembre à l'Université de Neuchâtel en Suisse, à l'initiative du réputé Centre international d'étude du sport (CIES) et de l'un de ses membres, Thomas Busset, historien. Pendant cette journée, des chercheurs d'horizons disciplinaires et géographiques variés, reconnus pour leur expertise sur le supportérisme, exposeront leur réflexion. Voici le programme en détail :

8h30-9h45 :

- Bertrand Fincoeur : "Les supporters face aux dispositifs de prévention de l'insécurité dans le football belge"

- Diego Murzi & Fernando Segura M. Trejo : "Violences dans les stades de football en Argentine. La place des Barras bravas" et la réaction citoyenne"

10h15-11h30 :

- Jean-Charles Basson & Ludovic Lestrelin : "Pour une sociologie politique du supportérisme. Penser le militantisme et la partisanerie des supporters de football en Europe"

- Loïc Tregoures : "Les Bijeli Andjeli du NK Zagreb : comment peut-on être un groupe ultra antifa en Croatie ?"

11h30-12h45 :

- Nicolas Hourcade : "Les ultras français forment-ils un mouvement social ?"

- Thomas Busset : "Ultras et mobilisations collectives en Suisse"

14h00-15h15 :

- Pompiliu-Nicolae Constantin : "La participation des supporters de football roumains aux manifestations de rue de 2012"

- Chaymaa Hassabo : "Ultras et révolution : le cas égyptien"

15h45-17h :

- Roger Besson : "Les supporteurs de Neuchâtel Xamax face à l'arrivée d'un investisseur providentiel sulfureux : entre espoir de succès et désir d'intégrité"

- Jérôme Berthoud & Pascal Viot : "Déborder pour supporter : une analyse de l'action supportice à la lumière de la théorie de l'action et du concept de carrière"

17h00-17h15 : synthèse de la journée par Christophe Jaccoud.

TribunesDe plus amples informations sur cette journée sont disponibles sur le site du CIES. Le workshop donnera lieu dans les prochains mois à un ouvrage collectif.

Tractages, pétitions, grèves des encouragements, manifestations de rue, interpellation des médias et conférences de presse, lobbying, création de produits militants (t-shirts, drapeaux, etc.), le répertoire d'action est large. Très rapidement et sans aucune ambition d'exhaustivité (il faudrait que je m'attelle à un billet bien plus long et précis pour relayer la diversité des initiatives), voici quelques liens vers des sites relayant les actions de supporters organisés en Europe :

- en France, vous avez sans doute entendu parler ces derniers temps des actions du collectif SOS Ligue 2, luttant notamment contre les horaires des rencontres télévisées et défendant, plus largement, une certaine idée du football, dégagé de l'emprise des télévisions et des excès commerciaux. Un peu de chauvinisme... les supporters du SM Caen sont parmi les plus mobilisés.

- localisé à Bologne, le Progetto ultrà oeuvre depuis de nombreuses années à valoriser la dimension positive de la culture du supportérisme, à lutter contre la violence et le racisme et, ce faisant, essaie d'infléchir la politique très répressive d'encadrement des supporters en Italie.

- à l'origine localisé en Grande-Bretagne et spécifiquement centré sur le football, Supporters Direct entend travailler à une meilleure représentation des supporters dans les instances sportives (les clubs entre autres organisations) de manière à ce que ces derniers aient aussi voix au chapitre.

- enfin, Football Supporters Europe (FSE) est une fédération européenne fonctionnant en réseau et dont l'objectif est de valoriser là encore la culture du supportérisme et de défendre les droits des supporters. Très structuré, FSE organise des congrès et est à l'origine de nombreuses initiatives. Les Allemands sont derrière le projet, mais aujourd'hui les membres viennent d'une quarantaine de pays même s'il faut souligner que les Français sont historiquement et encore de nos jours, selon mes informations, peu investis (gageons que cela change).