Science po lilleVendredi 23 septembre, le département de Sciences politiques de l'université de Lille 2 et le Centre d'études et de recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS UMR 8026) organisent une journée d'étude intitulée : "La sociologie des mobilisations : objets légitimes, méthodes consacrées et objets oubliés".

Le programme complet est consultable et téléchargeable sur la page du CERAPS ici ou

La matinée sera consacrée à une première partie : "Penser la sociologie des mobilisations par ses marges". C'est là que s'insère la communication que je présenterai (co-écrite avec Jean-Charles Basson, qui ne pourra etre présent), intitulée : Le supportérisme comme mouvement social. Bien évidemment, vous l'aurez deviné, les supporters de football font plutot partie de la catégorie "objets oubliés". C'est qu'on ne retient, bien souvent, de cette activité soit : 1) sa dimension "délassante" (ce qui conduit à comparer le supportérisme à d'autres activités de loisir et passe-temps divers) ; soit : 2) son potentiel violent et destructeur (le hooliganisme...). Il y a pourtant d'autres voies, une troisième en l'occurence que l'on peut alimenter par les outils et concepts de la sociologie politique. Ainsi, j'essaierai de montrer dans quelle mesure les supporters de football sont un objet qui intéresse la sociologie des mobilisations et pourquoi cette lecture du monde des tribunes peut s'avérer intéressante et heuristique, une option que je tente de suivre et défendre depuis mes années de thèse. C'était aussi le fil rouge de la communication réalisée lors du dernier congrès de l'Association française de sociologie qui s'est tenu à Grenoble, en juillet dernier (voir ici). 

La journée débute à 9h30 et s'achève vers 17h. 

Lieu de l'événement : 1 place Déliot, 59000 Lille, Métro Porte de Douai