Samedi 6 novembre, nous sommes à la veille de la rencontre entre le PSG et l'OM... et la bataille judiciaire s'est poursuivie entre les associations de supporters de l'Olympique de Marseille et la Ligue de Football Professionnel concernant l'interdiction de déplacement qui est faite aux premiers (voir les articles qui relatent cette décision et ses conséquences, déjà écrits sur ce site, ici et ). Je propose un petit rappel des derniers événements ci-dessous via deux articles parus dans Le Monde cette semaine (aujourd'hui et le 3 novembre).

lemondefr_pet

PSG-OM : la requête des supporteurs marseillais rejetée par la justice

1312401_3_8bdd_les_supporteurs_marseillais_ont_vu_leur_requete

Le tribunal administratif de Marseille a rejeté samedi la requête des supporteurs de l'OM exigeant l'annulation de la décision de la LFP de leur interdire l'accès du Parc des Princes dimanche pour la rencontre PSG-OM.

Le juge des référés, Xavier Haïli, estime notamment que cette mesure d'interdiction ne constitue pas une atteinte "à la liberté fondamentale", comme l'avait plaidé lors de l'audience vendredi l'avocat des groupes de supporteurs, Me Olivier Grimaldi. Les supporteurs marseillais ont également annoncé samedi qu'ils se désistaient de leur dernier référé qui devait être examiné dimanche matin contre la décision de la LFP de fermer la tribune visiteurs du Parc des Princes dimanche, à l'occasion de PSG-OM, renonçant implicitement à un déplacement à Paris. "Cela ne sert à rien. Le sentiment dominant, c'est le dégoût. Les pressions du ministère de l'Intérieur ont dû être énormes", a déclaré Michel Tonini, vice-président du club des Yankees.

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) Frédéric Thiriez a déclaré samedi dans un communiqué "comprendre la frustration des supporteurs marseillais qui sont un des meilleurs publics de France" mais leur a demandé "de comprendre que cette mesure contraignante a pour seul but d'assurer leur sécurité". "Dès lors que l'ensemble des conditions permettant d'assurer la sécurité ne sont pas réunies, et a fortiori, lorsque les pouvoirs publics m'informent qu'ils rencontrent des problèmes de disponibilité des forces de l'ordre, mon devoir est d'éviter tout risque d'affrontement", a également affirmé Thiriez.

Le ministère de l'Intérieur a de son côté "pris acte" dans un communiqué du rejet de la requête des supporters de l'OM et indiqué que "tout changement des règles à la veille de la rencontre n'aurait en tout état de cause pas permis d'organiser le déplacement de supporters visiteurs dans des conditions garantissant la sécurité des intéressés et des autres acteurs de cette rencontre". "Les modalités juridiques d'organisation de cette rencontre étant maintenant clarifiées, celle-ci va pouvoir être organisée dans les meilleures conditions de sécurité", a ajouté le ministère de l'Intérieur.


Le Conseil d'Etat saisi pour confirmer la suspension des tribunes visiteurs pour PSG-OM

La Ligue de football professionnel (LFP) a indiqué mercredi avoir saisi dès vendredi dernier le Conseil d'Etat, contre l'ordonnance du 28 octobre du tribunal administratif (TA) de Marseille qui suspendait la fermeture de la tribune visiteurs pour PSG-OM dimanche.

La LFP juge cette ordonnance "contestable", estimant que le TA de Marseille avait fait une "mauvaise interprétation" des règlements de la Ligue. Pour la Ligue, ses règlements "donnent bien compétence" pour décider du nombre de visiteurs admis pour un match – y compris si ce chiffre est zéro – et la LFP estime que la "motivation sur la sécurité", pour justifier la fermeture d'une tribune visiteurs, est tout à fait "plausible".

De source proche du dossier, il apparaît peu probable que cette saisine soit examinée par le Conseil d'Etat avant dimanche, date de la rencontre PSG-OM. De fait, la saisine de la LFP contrecarre la nouvelle requête de neuf groupes de supporteurs de l'OM, qui s'étaient tournés de nouveau ce mardi vers le tribunal administratif de Marseille, afin d'obtenir exécution du jugement rendu le 28 octobre suspendant la décision de la LFP.

"AMBIANCE DÉLÉTÈRE"

Olivier Grimaldi, avocat de l'ensemble des groupes de supporteurs marseillais, a confirmé à l'AFP avoir été informé ce mercredi par le Conseil d'Etat de la requête de la LFP. Le Conseil d'Etat a fait savoir, selon Me Grimaldi, qu'"il ne se prononcerait pas avant dimanche".

"En saisissant le Conseil d'Etat, la LFP rend l'ambiance plus délétère", a commenté Me Grimaldi. "La LFP veut véritablement faire de ce dossier un dossier LFP contre supporteurs marseillais". "Les supporteurs marseillais veulent donc aussi durcir le ton et se battre jusqu'au bout, a ajouté Me Grimaldi. Nous allons saisir le magistrat du TA de Marseille et déposer un référé liberté, pour atteinte manifeste à la libre circulation des supporteurs." "Ce référé visera la décision de la LFP prise mardi, a-t-il encore précisé. Notre requête en exécution dont la LFP a interjeté appel visait sa décision initiale du 7 octobre."

La LFP avait confirmé mardi la fermeture des tribunes visiteurs pour les match PSG-OM dimanche et OM-PSG mi-mars, mesure prise initialement le 7 octobre.