Premier billet (un autre suit) consacré à l'Equipe de France de football, au "désastre" (relatif, ce n'est que du sport) et surtout aux multiples interprétations qui en sont faites. Car tout le monde s'exprime, jusque dans les rangs de l'Assemblée nationale et au plus haut sommet de l'Etat, chacun y allant de sa petite analyse...

- Voici donc d'abord un premier article paru dans Le Monde le 21 juin. Il s'agit d'un entretien avec Philippe Tétart, chercheur en histoire du sport à l'IEP de Paris et il n'est pas inintéressant. Que ce soit en 2010 ou bien en 1998 (avec le mythe de la France "Black, Blanc, Beur"), force est de constater que la manière d'envisager l'équipe nationale se caractérise par l'excès de sens, la surinterprétation... Cela dit, ces réactions emportées nous disent quelque chose de notre temps, de la place du sport et de son rôle dans nos sociétés. Et c'est fort intéressant sociologiquement.
lemonde_fr_grdEquipe de France : "En 10 ans, on est passé d'une célébration excessive à un écroulement risible" : ici.

- Voici ensuite un second article, toujours dans Le Monde, mais paru cette fois-ci aujourd'hui 29 juin. Il est rédigé par Colin Miège, auteur reconnu pour ses analyses et ses ouvrages sur les relations entre le sport et l'Europe. Le papier se conclut par quelques perspectives visant à améliorer la gouvernance du sport et à réguler les excès du sport spectacle.
lemonde_fr_grdEquipe de France : les leçons de la dérive du sport-spectacle : ici.