univ_paris_ouest_nanterre_ecole_permanente_photo03     "Mobilisation sportives, mobilisations collectives : processus, formes et effets des luttes dans le monde sportif". Tel est l'intitulé de la journée d'étude organisée par la Société de sociologie du sport de langue française à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense (à l'Ufr Staps) le vendredi 28 mai 2010.
Voici le détail de la journée :

La proposition d'une réflexion centrée sur les mobilisations collectives s'inscrit dans la dynamique des recherches en sciences sociales prenant le sport comme objet. De nombreux travaux ont déjà donné lieu à des avancées conséquentes sur ce champ de questionnement (processus par lesquels le sport devient un support d'identification collective ; luttes symboliques entre groupes pour la définition du sport et des manières légitimes de le pratiquer, etc.). Forte de ces acquis, la journée d'étude porte sur une réalité plus circonscrite et encore peu étudiée à ce jour, à savoir les mobilisations menées par les (et autour des) sportifs d'excellence. Par là, on vise aussi bien la participation de sportifs à des "grandes causes" (caritatives, militantes, etc.), les revendications corporatistes destinées à améliorer leurs conditions de pratique et leur accès à la représentation dans les organisations sportives, ou encore toutes les interventions "extérieures" qui accompagnent ou prennent pour objet le sport de performance. Appuyée sur une série de communications qui viseront à rendre compte des rapports entre "sport" et "politique" sur la base d'enquêtes empiriques portant sur des terrains bien délimités, la journée d'étude vise un double objectif : 1) avancer dans le chantier collectif de recensement des différents fronts et des différentes formes de mobilisation dans le monde sportif ; 2) rendre compte des processus qui sous-tendent ces mobilisations : au nom de quoi s'opèrent les engagements dans l'espace sportif (quelle légitimité) ? Comment (quels répertoires d'action) ? Pour quoi (quelles causes) ? Pourquoi (quelles dispositions ? quels intérêts) ?

 
 

Programme – Vendredi 28 mai 2010

 

Matin (9h30-12h30)

Christine   Mennesson (SOI, Toulouse 3) : « Pourquoi les sportives de haut   niveau ne sont pas féministes ? Des difficultés des mobilisations "genrées"   dans le monde sportif »

 

Nicolas   Lefevre (LERP, Reims) : « Luttes pour le monopole de l'organisation   du cyclisme international »

 

Taïeb   El Boujjoufi (CERSM, Paris Ouest-Nanterre) : « Genèse de   l'encadrement médical de haut niveau. Mobilisation scientifique et   scientifisation du mouvement (des années 20 aux années 60) »

 

Après-midi (14h-17h)

 

Nicolas   Hourcade (Ecole centrale de Lyon) : « Le supportérisme peut-il   constituer un mouvement social ? »

 

Frédéric   Sawicki (CRPS, Paris 1) et Fabien Desage (CERAPS, Lille 2) :   « Quand le football se politise : l'affaire du grand stade de   Lille-Métropole »

17h : Assemblée générale de la 3SLF

 

Contact : sebastien.fleuriel@univ-lille1.fr ; manuel.schotte@univ-lille2.fr