Il y a bien des raisons qui peuvent expliquer le désir de faire de la recherche en sciences sociales et d'en faire son métier. Il existe aussi bien des manières d'entrer en sociologie. Je ne les exposerai pas ici. De même dois-je ce que je suis aujourd'hui à plusieurs personnes qui ont compté et comptent pour moi.

25689324J'aimerais toutefois exposer une rencontre intellectuelle qui a particulièrement marqué mon parcours. En 1996-1997, alors en première année universitaire à l'Ufr Staps de Rouen, et suivant le cours de sociologie dirigé par Catherine Louveau (alors maître de conférences, depuis professeure des universités à l'Ufr Staps de Paris Sud XI), j'avais entrepris de me constituer une petite bibliothèque d'ouvrages de sciences sociales recommandés par les enseignants. Aussi avais-je acheté le livre de Christian Bromberger, professeur d'ethnologie : Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, paru en 1995.

Je me souviens très bien de la découverte de l'ouvrage, de la première prise en main (quel bel objet !) et de ma première lecture. Cette belle enquête m'a ensuite donné l'envie de travailler sur le football (sport que je pratiquais).

25689450Bien sûr, depuis, bien d'autres ouvrages majeurs m'ont marqué. D'ailleurs, j'ai donné le nom de ce site en hommage au titre d'un livre qui constitue, selon moi, l'une des meilleures façons de découvrir la perspective sociologique, simplement, clairement et intelligemment. Il s'agit de l'ouvrage de l'immense sociologue Peter Berger, intitulé sobrement Invitation à la sociologie. Je ne peux que conseiller vivement sa lecture.

Je crois, enfin, que tout chercheur revient toujours, tout au long de sa carrière professionnelle, vers les mêmes livres et les mêmes auteurs. N'en va-t-il pas de même pour la littérature ?